Une communauté de passionnés d'équitation et de chevaux en général.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La copro, finalement inutile?

Aller en bas 
AuteurMessage
Laëtitia

avatar

Localisation : 81

MessageSujet: La copro, finalement inutile?   Sam 18 Nov - 18:36

Bonjour à toutes Smile

Je reviens un peu sur le fofo, en passage éclair car mes journées sont très chargées, donc je n'ai malheureusement plus le temps de vraiment participer Sad

Je trouvais cependant intéressant de partager avec vous mes petites discussions de la semaine.

Il se trouve que j'ai été emmenée à parler copro : vous savez, prendre le crottin et le faire analyser pour vérifier la présence de vers, si oui lesquels, et cibler en fonction.

Et bien, mes croyances s'écroulent : apparemment, dixit des vétérinaires du coin, la copro ne sert absolument à rien...

D'après eux, cette méthode n'est carrément pas au point et ne permet absolument pas de savoir quels sont les vers présents dans le cheval. Que pire, on peut se retrouver à ne cibler qu'une seule sorte de vers (qu'on aurait trouvé dans la copro) sans cibler une autre qui serait également présente mais passé entre les mailles du filet... Ce qui peut engendrer quelques soucis de sur-infection.

J'en ai discuté avec une propriétaire qui m'a confirmé les dires des vétérinaires : elle-même faisait des copros, à ses 3 chevaux. Elle ne trouvait aucun vers... Super étonnée, ça a duré 6 mois : jamais rien sur les analyses. Au bout de 6 mois, l'un de ses chevaux déclenche une colique, et le vétérinaire constate que le cheval a bien trop de vers.

L'idée, c'est que lorsqu'on fait une copro, on ne prend déjà que sur un seul crottin / on ne prend pas tout le crottin et on peu du coup très facilement passer à côté des vers présents dans l'organisme. On se retrouve du coup avec un résultat bancal, et au final pas très intéressant...


Je suis un peu restée de c** car j'en entends parler énormément et je pensais vraiment que c'était intéressant... Finalement, après tout ça, je me dis "mince, leur raisonnement n'est pas idiot" puis de la part de vétérinaires bien reconnus dans ma région... Je doute fortement qu'ils se plantent dans leur jugement.

Donc je veux bien avoir vos avis, vos retours à ce sujet... N'y a t-il que moi qui suis dans cette ignorance totale que la copro n'est pas si intéressante que cela? Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
Barya

avatar


MessageSujet: Re: La copro, finalement inutile?   Sam 18 Nov - 18:47

Perso c'est un truc que j'ai en tête depuis bien longtemps. Quand je récolte du crottin, j'essaie de le faire sur plusieurs jours (ouais, mon deuxième prénom c'est "acharnée" Very Happy ), et quand je ferai mes copros moi-même ce qui sera le cas à l'avenir, je compte bien prendre plusieurs échantillons.
Mais malgré ça, ça ne protège pas complètement des faux négatifs/faux positifs.

Sans parler des gastérophiles ou du ténia qu'on ne voit jamais à la copro et qui sont pourtant redoutables.

Après je ne pense pas que ça ne serve absolument à rien non plus. Un cheval qui aurait plus de mille oeufs par gramme d'un parasite précis, je doute qu'on puisse parler de faux positif. Par contre sur des copros qui ne donnent rien, personnellement je ne m'abstiendrais pas pour autant de vermifuger (y compris seulement au naturel) parce qu'effectivement, on peut passer à côté d'un truc majeur...
Revenir en haut Aller en bas
Agnès

avatar


MessageSujet: Re: La copro, finalement inutile?   Sam 18 Nov - 21:04

Dans mon coin, après en avoir parlé avec des véto, ça dépend aussi des labo qui les font ! On a testé plusieurs labo, et pas eu du tout les mêmes résultats suivant les labos !!! Nous on en fait suivant le temps, sur plusieurs chevaux (certains qu'on prend tout le temps, et d'autres qui changent), mais à coté de ça on vermifuge régulièrement. C'est plus pour voir où l'on est qu'on fait ça.

Je pense que malgré tout, il faut vermifuger au moins une fois par an, même si les copro reviennent négatives.

Barya : chez nous, il trouve des teania parfois (toujours sur la même jument depuis un bon bout de temps).
Revenir en haut Aller en bas
Barya

avatar


MessageSujet: Re: La copro, finalement inutile?   Sam 18 Nov - 23:17

Yep j'ai fait un raccourci mais le ténia est très rarement retrouvé (c'est "rigolo" par contre que ce soit toujours sur la même jument, j'aimerais bien l'avis d'un parasitologue là dessus), les gastérophiles pas du tout (sauf larves mortes mais dans ce cas pas vraiment besoin de copro).
Revenir en haut Aller en bas
Laëtitia

avatar

Localisation : 81

MessageSujet: Re: La copro, finalement inutile?   Mar 21 Nov - 15:42

J'en ai discuté hier avec la vétérinaire avec qui je compte travailler Smile

Très bien formée puisqu'elle fait aussi les actes de dentisterie / d'ostéopathie et est très branchée phytothérapie (suit actuellement une formation où elle m'apprend pleins de choses :p ). Bref, elle se forme énormément d'où ces multiples casquettes.

Bref, tout ça pour dire qu'on a parlé copro. Elle n'aime pas non plus. Donc en gros, pour elle, le ténia il faut vraiment "y tomber" pour le trouver dans une copro. En gros, c'est un coup de chance. Pareil, concernant les vers, elle trouve ça complètement faussé, et pense que le système n'est pas au point, peut importe le labo.

Donc même étant très adapte du naturel, elle reste à un vermifuge chimique/ an et le reste en naturel.

Venant de cette personne qui est hyper-adepte du naturel, je pense que je vais suivre son idée... Mais au moins j'aurais appris quelque chose, car je pensais la copro bien plus sûre que ça! :/
Revenir en haut Aller en bas
A&A



Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: La copro, finalement inutile?   Mar 21 Nov - 18:03

Pour le ténia, les gastérophiles et les oxyures, oui la coproscopie ne sert à rien : on ne retrouve pas (ou rarement pour le ténia) ces vers dans les crottins.

Les personnes qui utilisent la coproscopie comme unique outil pour savoir s'ils vermifugent ou non n'ont simplement pas compris l'utilité de la coproscopie selon moi, car il y a bien des vers que l'on ne voit pas de cette manière et qui sont dangereux pour le cheval.

Par contre, on aurait tort de s'en priver pour autant, surtout pour les petits strongles (on y voit également les ascaris et les grands strongles). Cela permet de faire le point, mais il faut effectivement faire les choses correctement.

La coproscopie est devenue "à la mode" suite à une grande sensibilisation contre les résistances des vers au vermifuge et la nécessité de revoir nos protocoles de vermifugation afin de ne pas vermifuger tout le temps, tout le monde. Mais suivant un protocole précis, pour une raison précise, et pour déterminer un protocole de vermifugation précis !

Le but de la coproscopie est surtout de savoir si le cheval est un fort EXCRETEUR, c'est-à-dire s'il relargue beaucoup d'oeufs dans ses crottins. Ceci permet d'éviter au mieux la contamination de l'environnement : on sait quel cheval relargue beaucoup d'oeufs de vers dans son environnement, et c'est cette information qu'on va exploiter Wink En excrétant beaucoup de vers, il risque davantage de contaminer l'environnement, donc d'autres chevaux, donc on le vermifuge plus souvent que les autres. Et inversement, les autres seront vermifugés moins souvent (mais vermifugés quand même !) parce qu'ils ont moins de risque de contaminer l'environnement, tout simplement.

Mais cette information ne va pas être déterminée en une coproscopie mais après au moins deux coproscopies espacées de six mois, afin de faire une moyenne (car il semblerait que ce paramètre n'évolue pas vraiment dans le temps chez l'adulte en bonne santé).

Il est dorénavant admis qu'il ne faut pas vermifuger de manière systématique un cheval adulte sain, afin de ne pas augmenter les résistances aux vermifuges : on va donc vermifuger trois ou quatre fois par an les forts excréteurs, comme auparavant (ainsi que les jeunes, vieux, malades, sans besoin de coproscopie pour eux du coup) mais uniquement une fois ou deux les faibles excréteurs. En vermifugant toujours tout le monde en même temps (sauf quand les faibles excréteurs "sautent leur tour", bien entendu).

Si on veut interpréter la coproscopie "à l'instant t" pour savoir s'il faut vermifuger, cela ne concerne que les petits strongles. Cette coproscopie peut également être utiliser avant et après vermifuge (là encore à 48h d'intervalle) pour quantifier la résistance à un vermifuge, toujours pour les petits strongles.

En bref, la coproscopie est un outil, pour moi il est assez indispensable pour éviter au mieux les résistances, et pour faire le suivi en petits strongles de ses chevaux, mais en aucun cas pour se passer de vermifuger tout à fait (et je crois qu'aucun spécialiste n'a jamais dis ça ?).

PS : et quand je parle de vermifuger au moins une fois par an tout le monde, je parle bien entendu d'un vermifuge CHIMIQUE et non pas "naturel".
Revenir en haut Aller en bas
Laëtitia

avatar

Localisation : 81

MessageSujet: Re: La copro, finalement inutile?   Mer 22 Nov - 4:33

Aurore (si je ne me trompe pas?) : non l'idée n'a jamais été de se passer de vermifuge, mais de mieux cibler, et de savoir de quoi son cheval était infecté. Ors, les vétérinaires à qui je parle me disent que ce n'est pas fiable, et n'ont pas l'air de l'utiliser, même pour ce que tu dis.

Maintenant j'aurais l'occasion d'en reparler donc de leur faire préciser leurs idées, pour voir si ils n'en font pas du tout, ou seulement dans le cadre de ce que tu dis Smile
Revenir en haut Aller en bas
ptitegrenouille

avatar

Localisation : Le pays de la lavande et des moutons

MessageSujet: Re: La copro, finalement inutile?   Mer 22 Nov - 7:38

Je partage totalement l'avis d'aurore.
Ici par exemple grâce aux copro je sais que cappu est un fort excreteur alors que reinette et Gotham non. Du coup je m'adapte en fonction des résultats. Je vermifuge cappu en moyenne 3 fois par an alors que reinette non. Selon les résultats de ses copro je donne rien. Par contre dans tous les cas je donne à tout le monde un vermifuge duo à l'entrée dans l'hiver.
Revenir en haut Aller en bas
Alysee

avatar

Localisation : 57

MessageSujet: Re: La copro, finalement inutile?   Mer 22 Nov - 8:36

Ça ne peut pas servir à cibler les vers puisque, grosso-modo, on ne va y trouver que des vers qui sont éliminés par la même molécule !
En cas de problème d'amaigrissement, on l'utilise parfois pour quantifier une forte parasitose, en gardant à l'esprit qu'il y a parfois/ souvent de faux négatif. Mais en cas de résultats positif, l'intérêt est de faire, comme Aurore l'a dit, un avant/après pour vérifier l'effet suffisant du traitement.

Si on attend de trouver un ténias pour faire un Praziquantel ou de trouver un gasterophile pour faire un Ivermectine, alors on peut attendre très longtemps (surtout qu'ils sont visibles à l'oeil nu Very Happy)

L'idée de la copro est assez récente et elle est censée nous diriger de moins en moins vers les 4vermifuges systématiques par an. C'est plus un outil de gestion que de diagnostic. Il existe d'autres critères pour juger de la parasitose éventuelle d'un cheval.
À savoir que le labo joue de toute manière un rôle essentiel. Je vois beaucoup sur le net des personnes qui envoient leurs échantillons à des labos agricoles car leurs tarifs sont avantageux... Mais ces derniers ne cherchent pas les vers spécifiques équins. C'est presque inutile ! (Mais pas cher, donc suffisant pour certains ...)


Dernière édition par Alysee le Jeu 23 Nov - 9:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://mieuxlesaimer.canalblog.com/
A&A



Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: La copro, finalement inutile?   Mer 22 Nov - 8:57

-- Edit : messages croisés --

Mais quel spécialiste peut dire que la coproscopie permet de savoir de quel vers son cheval est infesté ?
90% des oeufs retrouvés par copro sont des oeufs de petits strongles, quel que soit le degré d'infestation du cheval...

On y retrouve aussi des oeufs de grands strongles et des ascaris, mais ça reste minoritaire. Pour le ténia, la ponte ne se fait pas de manière régulière donc la coproscopie est très souvent négative. Les œufs d'oxyures ne se trouvent pas dans les crottins mais autour de l'anus (ce sont ceux qui font gratter la queue), quant aux œufs de gastérophiles, ils se retrouvent sur les poils des chevaux, souvent au niveau des membres, et en aucun cas dans les crottins.
Donc faire une coproscopie pour déterminer quelles sont les espèces de vers présentes, je trouve ça inapproprié et cela n'a jamais été son rôle. Encore une fois, la coproscopie a été mise en avant il y a quelques années à cause des résistances aux vermifuges mais avec un protocole clair pour répondre à une question claire.

Encore une fois, la question, c'est surtout "est-ce que mon cheval est très infesté par les petits strongles à un instant t ?" (sur une coproscopie) ou "est-ce que mon cheval est globalement un fort excréteur d’œufs [de petits strongles notamment], de manière générale ?" (sur plusieurs coproscopies espacées dans le temps), voire "est-ce que les vers de mes chevaux sont résistants à une molécule de vermifuge donnée ?".

Alysée : les oeufs de ténias ne sont pas toujours excrétés en même temps que l'anneau, qui peut exploser. Donc on peut avoir des oeufs de ténia sans que cela soit visible à l'oeil nu. Par contre, effectivement, il est difficile de passer à côté des oeufs de gastérophiles puisqu'ils sont sur les poils des chevaux !

Agnès : pour la jument qui est toujours positive aux ténias, j'aurai tendance à dire qu'elle est surinfestée et que du coup, ça favorise les moments de ponte. En effet, en cas de forte infestation, on a quand même plus souvent une réponse positive. On a également davantage de positif si on vermifuge dans les 48h avant la coproscopie car les ténias pondent alors énormément en réponse au stress engendré, mais il est moins probable que la propriétaire vermifuge juste avant une copro ^^
Du coup, j'aurai tendance à dire que si elle vermifuge systématiquement pour le ténia et que la jument est encore excrétrice de manière systématique, il y a peu d'hypothèses :
1) une résistance à la molécule, ce qui est normalement pas le cas chez le ténia (pour rappel : contre le ténia, deux molécules seulement : le praziquantel ou le pyrantel).
2) le protocole de vermifugation n'est pas adapté (bon dosage ? ramassage des crottins systématique les 48 premières heures ? vermifugation de tous les équidés en même temps contre le ténia et pas uniquement ceux qui sont positifs à la copro ?
C'est cette hypothèse qui me semble la plus probable.
3) Si le protocole de vermifugation est bon, il s'agit d'une surinfestation et une dose classique de vermifuge n'est pas suffisante pour tuer tout le monde... Elle devrait revoir avec son vétérinaire le protocole de vermifugation, par exemple faire une copro, réaliser deux doses avec deux molécules différentes à cinq jours d'intervalle, afin de nettoyer enfin efficacement, puis refaire une copro cinq jours après.
Revenir en haut Aller en bas
aster




MessageSujet: Re: La copro, finalement inutile?   Mer 22 Nov - 10:49

Tout ça me conforte dans ce que je pratique depuis toujours , sans forcément trop oser le claironner: je n'ai jamais fait une seule coproscopie à mon cheval (entier qui ne partage pas son pré avec les autres), malgré les recommandations insistantes (mais que je jugeais surtout très commerciales) du vétérinaire des débuts.
Deouis très longtemps aussi, je me limite à un ou 2 vermifuges par an, mon cheval étant manifestement en pleine santé. Maks je n'avaks pas hésité à en faire plus et en double dose, sur recommandation véto, quand vers ses 4/5 ans il avait déclenché des épisodes de myosite chronique.
Revenir en haut Aller en bas
Laëtitia

avatar

Localisation : 81

MessageSujet: Re: La copro, finalement inutile?   Mer 22 Nov - 11:25

Merci pour les explications Smile A l'heure actuelle par contre, je doute que tout le monde en ai conscience : on entends parlé de la copro toutes les 5 minutes et je n'ai jamais entendu de discours aussi clair sur le pourquoi/ comment et sur le type de labo à privilégier Smile

Plus qu'une question de moyens (qui entre en jeu bien sûr), il y a un gros manque de connaissance : et j'en fais parti car pour moi, un labo, c'est un labo, et si on demande à faire analyser du crottin de cheval pour voir les vers qu'il peut avoir, à partir du moment où on me le prend en me disant "ok on analyse ça" je me dis que c'est bon... A tord peut-être, mais c'est aussi aux personnes qui réceptionnent les copro de dire aux clients : attention, nous on ne gère pas ce que vous recherchez vous...

Du coup j'avoue que je vais rester "sans copro", à moins d'un jour où je constaterais qu'Alios ne va pas bien. Par contre, c'est bien d'avoir toutes ces précisions et explications, car ça m'apprend quelque chose d'important qui pourra me servir Very Happy

Revenir en haut Aller en bas
aster




MessageSujet: Re: La copro, finalement inutile?   Mer 22 Nov - 14:00

Non tu n'es pas la seule à penser ça : parce que la plupart du temps c'est présenté comme ça par les vetos. Le mien me disait très clairement de faire des copros pour savoir s'il y avait lieu de vemifuger et comment. Mais il vendait ses copros...
D'autres plus honnêtes ne prennent simplement peut être pas suffisamment le temps d'expliquer. Mais je suis persuadée que 95% des propriétaires pensent qu'une copro leur donne un diagnostic complet et fiable de l'état de contamination de leur cbeval.
Revenir en haut Aller en bas
A&A



Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: La copro, finalement inutile?   Jeu 23 Nov - 9:05

Les coproscopies, on en entend parler surtout depuis cinq ans, comme solution pour limiter les résistances des chevaux.
Le fait de ne pas expliquer le pourquoi du comment à chaque individu qui se présente pour une copro, c'est un choix professionnel, c'est sûr que je préfère mille fois expliquer aux gens et que les professionnels m'expliquent, mais en vrai on sait tous que ça ne marche pas toujours comme ça. Mais depuis que la copro fait parler d'elle, le protocole et les raisons n'ont jamais évoluées. Perso, j'entends plus des particuliers réclamer des copro que des vétérinaires en proposer (maintenant je n'ai que ma petite expérience, largement non exhaustive, on est d'accord).
Pour ce qui est des labos, je pense que leur rôle est d'analyser, pas de discuter de l'analyse en elle-même, qui elle est plus du ressort du vétérinaire.

On ne peut pas moins vermifuger tous les chevaux. Mais ceux pour qui on peut le faire, il faut le faire, afin de limiter les résistances. Et pour déterminer celui qu'on doit vermifuger trois fois et celui qu'on ne doit vermifuger qu'une seule fois, on ne regarde pas uniquement en fonction de l'état du cheval (trop incertain) mais en fonction de ce qu'il excrète comme œufs. Il faut bien se rendre compte qu'aujourd'hui, la vermifugation raisonnée n'a pas tant un but de prendre soin du cheval que de limiter le nombre d’œufs excrétés et donc de limiter la quantité de vers dans l'environnement.

C'est donc une optique différente de ce que l'on faisait il y a dix ou quinze ans, ou on vermifugeait pour protéger un lot de chevaux sans chercher plus loin. Là, on veut diminuer la quantité d'oeufs dans le sol pour limiter la propagation plutôt que de faire un grand nettoyage dans le ventre de chaque cheval une fois qu'ils ont ingéré toutes ces larves... On raisonne différemment afin de limiter le nombre de vers tout en diminuant la quantité de vermifuge utilisé sur un lot, ce qui diminue également le risque de résistances.

Continuer à vermifuger son cheval à chaque saison sans se poser de question, "parce qu'on a toujours fait ainsi, tout le monde fait ça dans l'écurie et ça évite de se poser trente-six questions", alors que le cheval est un faible excréteur et est en pleine santé, cela va contribuer à augmenter le risque de résistance des vers à leurs molécules, à une époque où elle est de plus en plus fréquente. C'est également utiliser un médicament chez son cheval et un produit chimique dans l'environnement alors que cela n'est pas forcément nécessaire.

Continuer à vermifuger son cheval une à deux fois par an sans se poser de question, "parce qu'on a toujours fait ainsi, les chevaux n'ont jamais eu l'air parasités et sont en pleine forme", alors qu'un cheval du lot est un fort excréteur, c'est contaminer le sol inutilement et donc contaminer d'autres chevaux, peut-être plus sensibles aux vers que lui, notamment les jeunes.

Ces deux cas sont pour moi des réponses de vétérinaires, d'éleveurs ou de gérants de structure souvent un peu "vieux jeu", qui n'ont pas compris l'intérêt principal de changer de technique, qui veulent rester dans ce qui marchait chez eux sans chercher pourquoi on leur demande de changer de pratique (qui est la RESISTANCE aux vermifuges, qui prouve bien qu'on a été aux limites de l'ancienne méthode, "vermifugeons tout le monde sans réfléchir").

Maintenant, je nuance pour Aster, parce que toi tu parles de TON cheval, et pas d'une pratique d'élevage "TOUS les chevaux de mon élevage/de mon club" par exemple, "sont vermifugés juste deux fois par an et ça roule, donc pas besoin de copro, je ne vermifugerai pas plus de toute façon...". Ton cheval que tu connais depuis longtemps, tu as pu te rendre compte s'il était ou non sensible aux vers. Car comme je l'ai écris plus haut, c'est généralement un critère stable : il y a aura les forts excréteurs et les faibles excréteurs, et cela n'évolue que peu avec le temps. Tu le connais bien, tu le travailles bien, tu es sensible à ses changements de santé et si tu penses que tout roule avec un seul vermifuge, c'est certainement parce qu'il fait partie des chevaux "immunisé" partiellement contre les petits strongles et donc faible excréteur.
A côté de ça, j'ai vu pas loin de chez moi un cheval qui est décédé suite à des coliques liées aux petits strongles, dans une ferme équestre où les chevaux étaient sous-vermifugés mais où ils paraissaient tous en état. Et on en voit de plus en plus, des cas comme ça, surtout depuis la mode des vermifuges "naturels" (là, c'était un cheval que je connaissais, mais dans mon secteur, il y a en tous les ans, des coliques pour cause de vers). Donc je nuance pour toi qui a un cheval "athlète" et pour lequel je pense que tu te rendrais compte d'une baisse de forme même minime,ce qui n'est pas le cas du cheval de loisirs au pré qui ne bosse pas énormément non plus quand il part en balade et qui est partant pour un galop dans les champs même quand il n'est pas hyper en forme... Pour lui, c'est bien d'avoir une base claire pour le protocole de vermifugation. Idem pour la cavalerie de club où on ne remarque pas les petites baisses de forme car on a toute une cavalerie à observer.
De la même manière que toi, je sais que mon cheval est sensible aux vers, je n'ai pas besoin de copro pour le savoir, depuis le temps que je le connais... Si on attend un peu avant de faire un vermifuge, il me le rappelle directe en perdant 10 kg, lui quatre par ans ce n'est pas du luxe. Mais entre ton cheval et le mien, il y a toute une nuance où il est plus difficile de juger, et payer deux copro dans la vie d'un cheval (à M0 et à M+6), ce n'est pas ça qui va engraisser le véto ni faire fondre notre porte-monnaie.

Surtout comme dit, le but prioritaire n'est même pas tant de dire à ceux qui ne vermifugeaient pas assez "vermifugez davantage" (c'est aussi un rôle de la copro mais pas celui qui l'a fait mettre en avant) mais plutôt afin de dire dans les structures où on vermifugeait quatre fois par ans systématiquement "vous n'êtes pas obligés de vermifuger TOUS vos chevaux autant. Continuez à vermifuger tout le lot en même temps, mais par contre, lui, lui et lui, passent leur tours deux fois chaque année".

Après,Aster, si ton vétérinaire te proposait des coproscopies il y a dix ans, ce protocole n'existait pas encore ; la copro pouvait être utile en cas de baisse d'état pour connaître la cause, ou dans les secteurs d'infestation massive avec résistances avant qu'on propose un protocole clair, ou on pouvait essayer de ne vermifuger que les chevaux atteints (ce qui est beaucoup moins productif que de ne vermifuger tout le lot en même temps puisque le cheval se recontaminait aussitôt... c'est pourquoi on a vite proposé quelque chose de plus cohérent). Donc là oui, si c'était il y a dix ans et en Alsace, j'ai du mal à voir le pourquoi du comment.
Revenir en haut Aller en bas
aster




MessageSujet: Re: La copro, finalement inutile?   Jeu 23 Nov - 23:01

C'était il y a 15 ans , en Franche Comté. Et par un vétérinaire particulièrement vénal que je n'ai pas conservé par la suite. Il proposait un protocole de vermifugation particulièrement détaillé sur la base de 3 à 4 fois par an, et vendait ses copros en plus.

Revenir en haut Aller en bas
A&A



Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: La copro, finalement inutile?   Ven 24 Nov - 10:11

Oui, la Franche-Comté n'est pas réputée pour être une terre de prolifération des petits strongles ni de leur résistance accrue, effectivement. En Normandie, entendre parler de la copro aurait été plus logique...
Revenir en haut Aller en bas
Alysee

avatar

Localisation : 57

MessageSujet: Re: La copro, finalement inutile?   Lun 27 Nov - 20:36

L'ifce à justement partagé cette vidéo sur FB aujourd'hui : https://www.youtube.com/embed/R2N9i_Eu8Cw

C'est léger comme info, mais tout à fait dans le thème Smile
Revenir en haut Aller en bas
http://mieuxlesaimer.canalblog.com/
Alysee

avatar

Localisation : 57

MessageSujet: Re: La copro, finalement inutile?   Mer 29 Nov - 17:21

Je viens de visualiser deux webconférences de l'ifce sur le sujet (20 mn pour la 1ère, 30 pour la seconde) et ils expliquent de façon claire le rôle de la coproscopie (qui n'a pas un rôle de choix de molécule ni de diagnostic).
Ca reprend de façon claire ce qu'Aurore a expliquer. Ca vaut le coup de la regarder.

Qu'est-ce que la vermifugation raisonnée : http://www.ifce.fr/haras-nationaux/connaissances/webconferences/sanitaire-soins/quest-ce-que-la-vermifugation-raisonnee/

La vermifugation des chevaux adultes : http://www.ifce.fr/haras-nationaux/connaissances/webconferences/sanitaire-soins/la-vermifugation-des-chevaux-ages-de-plus-dun-an/

Smile
Revenir en haut Aller en bas
http://mieuxlesaimer.canalblog.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La copro, finalement inutile?   

Revenir en haut Aller en bas
 
La copro, finalement inutile?
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Homme] Mister Natural (et bavardage inutile)
» Finalement, qui suis-je ?
» Ferocactus hamatacanthus
» mettre une video sur youtube
» hotte sans évacuation??? Besoin de conseils

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Cheval  :: En particulier :: Soins, santé et nutrition-
Sauter vers: