Une communauté de passionnés d'équitation et de chevaux en général.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Vivre du cheval ou cultiver sa passion ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Malou

avatar

Localisation : Caen

MessageSujet: Vivre du cheval ou cultiver sa passion ?   Jeu 19 Nov - 15:17

Grande question pour moi en ce moment et au travers des différentes présentations je crois qu'on est plusieurs à se la poser.

Quels sont vos choix concernant le monde du cheval ?
Préférez vous garder l'équitation et tout ce qui s'y réfère en tant que passion, ou pour vous pour vivre pleinement votre passion, vous ne pouvez vous imaginer autre chose que de travailler dans le milieu ?
Qu'est ce qui vous pousse à travailler avec les chevaux ? Ou au contraire, qu'est ce qui vous fait peur ?
En travaillant dans le cheval, n'avez vous pas peur que la passion devienne contrainte, qu'elle s’essouffle et d'y prendre moins de plaisir ?

Voilà, le débat est ouvert !
Revenir en haut Aller en bas
Snape

avatar


MessageSujet: Re: Vivre du cheval ou cultiver sa passion ?   Jeu 19 Nov - 15:19

Je me pose aussi moi même beaucoup la question. J'aimerai pouvoir transmettre ma passion, mais j'ai peur que de vivre sa passion en tant que travail peut finir par devenir "lassant" et finisse par perdre son attrait...

_________________
La vie ce n'est pas d'attendre que les orages passent, c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Poney Rouge

avatar


MessageSujet: Re: Vivre du cheval ou cultiver sa passion ?   Jeu 19 Nov - 15:47

Je ne me vois pas travailler dans un autre domaine que celui des chevaux. C'est dur d'en vivre,on ne va pas se voiler la face, mais c'est possible, avec une volonté de fer. Au grand air, aider les cavaliers à créer une relation durable avec leur cheval, dans les problèmes, les doutes... Voilà ce que je veux faire, en plus les bureaux ou les études longues, très peu pour mou moi. En plus on n'a qu'une vie, donc autant essayer d'atteindre notre but, d'être dans son élément.
Revenir en haut Aller en bas
Shangai

avatar


MessageSujet: Re: Vivre du cheval ou cultiver sa passion ?   Jeu 19 Nov - 18:11

Quand j'étais petite évidemment j'y pensais! Smile Mais je pense qu'au delà de la passion du cheval il faut être intéressé par d'autres aspects du métier que juste le cheval. Difficile d'imaginer un coach ou moniteur qui n'aiment pas enseigner et transmettre, un groom qui n'apprécie pas la compétition, un palefrenier qui n'aime pas travailler en plein air, un éleveur qui n'aime pas "vendre"...
S'il n'y a que le cheval qu'on aime dans le métier choisi, forcément à un moment donné ça va devenir une corvée. Même si on aime beaucoup d'aspect de notre job il ne sera pas super passionnant, épanouissant et joyeux chaque jours et minutes de notre vie.
Revenir en haut Aller en bas
Floppy

avatar

Localisation : Lille (59)

MessageSujet: Re: Vivre du cheval ou cultiver sa passion ?   Jeu 19 Nov - 18:21

C'est une question que je suis actuellement en train de me poser. Ma formation actuelle aux Beaux Arts me lasse et je songe à me reconvertir dans les chevaux notamment.

Néanmoins on m'a souvent répété que les métiers du cheval étaient exigeants et peu nombreux. C'est en partie ce qui m'avait déroutée après mon bac : la perspective de ne peut-être jamais pouvoir travailler avec les chevaux malgré le diplôme adéquat. Maintenant pour ce qui est de l'exigence, je trouve que ça va de soie : Difficile d'être moniteur si l'on ne veut pas travailler dehors ou le dimanche quand il y a concours, ou encore d'être constamment à l'extérieur tous les jours même fériés pour un palefrenier... C'est tout un aspect à prendre en compte.

De plus, je trouve que les diplômes qui préparent aux métiers du cheval sont très spéciaux. Si l'on a un bac général par exemple, il est vraiment très dur de préparer un BPJEPS. Il faut passer des BAPAAT, ou des équivalences, des "VEPT" (tests d'entrées), avoir son brevet de secourisme etc. C'est très mal expliqué sur Internet et après un rdv à l'Onisep, la femme m'a regardé avec des grands yeux avant de se rendre compte que c'était bel et bien la vérité. Hormis les CAPA (CAP agricoles) de Soigneur ou de maréchalerie, il faut savoir dès la troisième où se diriger et quand c'est les parents qui surveillent et à qui on répète que les métiers des chevaux sont précaires, il y est très dur d'intégrer ces filières. Après l'Onisep, j'ai appelé le Comité Régional Equestre du Nord qui m'a plutôt embrouillée qu'autres choses et n'a presque pas su répondre à mes questions.

Maintenant, j'espère pouvoir un jour concrétiser mon rêve de monitorat car j'aime les chevaux, leur mécanique, mais j'aime également l'expliquer aux autres, faire découvrir des nouvelles sensations aux enfants et aux adultes, se servir des chevaux comme d'un moteur pour un déclic par exemple. Advienne que pourra Wink

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Poney clown

avatar

Localisation : Annecy

MessageSujet: Re: Vivre du cheval ou cultiver sa passion ?   Ven 20 Nov - 11:23

@Poney Clown a écrit:
Je sais que je veux revenir à du concret, que je veux revenir dans le monde agricole. Je réfléchis à bosser autour du cheval notamment dans les domaines du soin, via du shiatsu, du parage ou autre. Pour l'instant ce n'est qu'au stade d'idées, je ne sais pas si ça mènera à quelque chose ou non..

Oh j'ai pas fait attention, mais c'est de super projets, et je te vois vraiment bien là dedans ! J'espère que ça aboutira si tu le veux vraiment !! Clap-Clap
Revenir en haut Aller en bas
Malou

avatar

Localisation : Caen

MessageSujet: Re: Vivre du cheval ou cultiver sa passion ?   Ven 20 Nov - 12:17

Cette question, je ne me l'étais jamais posée avant moi...
J'étais persuadée que je ne pourrai pas vivre sans chevaux, donc ce qui sous-entendait dans ma tête, au minimum être proprio d'un cheval en club, mais plutôt avoir au moins 2 ou 3 chevaux chez moi, mais j'étais formatée pour me dire "que le cheval ça reste une passion", que "je ne pourrais jamais en vivre".

Puis ... puis il y a eu un an à Paris. Une année sympathique, mais une année où rentrer à la campagne était une nécessité. Et j'ai redécouvert l'élevage. Mon papa était agriculteur, et je n'avais jamais été très impliquée dans la ferme. Là dès que je rentrais j'avais envie d'aller dans les vaches et de passer des heures à m'en occuper.
J'ai donc décidé de passer un BTS PA par correspondance, pour :
1) avoir des connaissances solides en élevage
2) pouvoir un jour pourquoi pas reprendre des terres afin d'avoir quelques poulinières
3) occuper mon temps en Allemagne où je n'enseigne "que" 12h00.

L'idée c'était donc d'avoir des chevaux A COTE seulement de mon métier de prof...
Aujourd'hui... Je ne sais pas ! Prof ça m'a toujours tenté .. Mais je dois bien avouer que ça ne me passionne pas non plus... L'élevage "pur" c'est très dur d'en vivre et je ne suis pas fane de tout ce qui est travaux des champs (enfin je ne m'y connais pas du tout quoi..).
J'ai fait un stage cet été dans une grosse ferme, je passais mes journée à traire (6h00), nettoyer la salle de traite (1h20), et à faire des soins aux vaches, ça m'a réellement plus alors que c'était loin d'être facile et que c'était un peu des taches ingrates.. Mais dans une ferme "à taille humaine", il ne suffit pas de s'occuper de l'élevage, il faut aussi produire les fourrages .. et ça bah je sais pas faire...

Ce qui me ferait rêver ? Avoir une petite ferme bio, avec de l'élevage en activité principale, accueillir des enfants et du public pour sensibiliser à tout ça... Et vendre en direct mes produits. En gros une ferme pédagogique, et à côté un petit élevage de chevaux de loisir (5 poulinières environ) et récupérer des TF pour les rebosser et les revendre après.
Mais j'ai conscience que c'est quasiment impossible. Ca me parait tellement utopique de penser pouvoir en vivre que j'essaye de me résoudre à passer mon CAPES, à enseigner ... Et après pourquoi pas avoir un corps de ferme, avec quelques poulinières, quelques vaches, et développer un peu de vente en direct...
Puis pourquoi pas si la place ne manque pas, prendre quelques chevaux en pension.


Je sais pas et je suis pommée ! J'ai pas besoin de gagner beaucoup pour être heureuse c'est une certitude, mais je voudrai quand même avoir quelque chose d'économiquement viable pour ne pas ramer toute ma vie.
Revenir en haut Aller en bas
Laëtitia

avatar

Localisation : 81

MessageSujet: Re: Vivre du cheval ou cultiver sa passion ?   Ven 20 Nov - 13:22

J'aurais bien aimé ouvrir une pension pour chevaux moi Smile

Seulement, le gros frein c'est le manque de moyen (je n'ai pas de quoi acheter un terrain/ créer une petite structure), le gros risque de ne pas gagner sa vie avec ça, ni même de rembourser les frais engager...

Et ce qui m'embête aussi, c'est le manque de liberté ensuite. J'ai eu l'occasion de garder la pension d'Alios pour une semaine et je n'ai jamais eu aussi peu de temps pour ma vie autre qu'en rapport avec les chevaux. Du coup ça m'a bien refroidi et je me suis rendu compte que ce n'était vraiment pas évident comme travail! J'ai une amie qui a sa pension pour chevaux et même son petit club où elle donne des cours, c'est elle qui l'a créée et je vois qu'elle y passe ses journées et 7 jours sur 7 depuis qu'elle l'a créé. Alors ça lui plais et c'est génial comme ça, je trouve ça super! Mais j'avoue que moi, je pense que sur la longue, être autant dans ma passion ça serait trop.

Disons que j'ai besoin de "voir du monde", du coup je pense que sur la longue ça me gênerais d'avoir l'impression de ne faire "que" ça au quotidien. Donc pour l'instant je garde plus l'univers du cheval en loisir plutôt qu'en travail parce que ma vie se prête bien plus à ce schéma là actuellement! Mais bon, je reste prudente, peut-être qu'un jour je basculerais du côté où on vit de sa passion! Smile
Revenir en haut Aller en bas
Alysee

avatar

Localisation : 57

MessageSujet: Re: Vivre du cheval ou cultiver sa passion ?   Ven 20 Nov - 16:19

Pour ma part, j'ai eu la chance de vivre de ma passion, en étant ostéopathe équin.
Je me suis réorientée depuis, mais jamais je ne regretterai le choix de m'être formée puis lancée là-dedans. Je pense que toute ma vie, j'aurais gardé cette idée en tête, quitte à tout plaquer un jour ou l'autre pour me lancer. J'ai heureusement pu me lancer dedans très jeune puisque j'ai intégré la formation dès 18 ans.
Je me suis formée avec assiduité pendant 3 ans, puis j'ai exercé durant 2 ans, en faisant à côté d'autres études supérieurs.
J'ai ensuite abandonné par choix de raison : de nos jours, la vie est dure pour les entrepreneurs, beaucoup plus facile pour les fonctionnaires. J'ai choisi d'entrer dans l'Education Nationale par confort : le confort d'un emploi à vie, d'un revenu fixe, de pouvoir tomber malade, tomber enceinte, d'avoir des congés payés, des horaires fixes, ...
Raisonnablement, le choix était vite fait.
Cependant, je n'avais pas du tout à l'esprit, au départ, d'arrêter mon activité qui m'a toujours passionnée. Je faisais vraiment un métier qui me plaisait énormément, chose rare de nos jours. Faire ce qu'on aime et en plus être payé pour le faire !
Mon idée de départ était plutôt de conjuguer le métier d'enseignant à mi-temps avec celui d'ostéopathe pour animaux. Malheureusement, cela n'est pas autorisé par le Ministère et une fois le concours de professeur des écoles obtenu, j'ai dû faire un choix entre les deux professions.

Aujourd'hui, je ne regrette pas mon choix d'avoir arrêté car en changeant de profession, je me suis donnée plus de chance d'avoir une vie familiale "facile" : facilité pour les locations d'appartements, pour les crédits bancaires, du temps libre pour mes enfants... mais je ne regrette pas non plus le fait de m'être formée en ostéopathie car je pense que sincèrement, c'est tout de même le métier de ma vie, même si je ne pense pas qu'un jour il soit raisonnable pour moi de quitter l'Education Nationale (dans laquelle d'ailleurs je me sens bien et me passionne également).
Revenir en haut Aller en bas
http://mieuxlesaimer.canalblog.com/
Malou

avatar

Localisation : Caen

MessageSujet: Re: Vivre du cheval ou cultiver sa passion ?   Ven 20 Nov - 16:50

Ces interdictions dans l'éducation nationale c'est vraiment ce qui me freine d'y entrer...
Normalement une activité agricole est autorisée à côté du métier d'enseignant, mais ça reste soumis à autorisation... Ca m'embête un peu que ma vie dépende du choix d'une administration... Je trouve ça vraiment bête, qu'est ce que ça peut leur faire que mon temps libre je le passe à bosser dans une ferme ou devant ma télé ??
Revenir en haut Aller en bas
Poney Rouge

avatar


MessageSujet: Re: Vivre du cheval ou cultiver sa passion ?   Ven 20 Nov - 17:53

C'est clair, ce n'est pas logique... En même temps, quand on voit qu'il y a des fautes dans les cours du CNED, et que l'administration n'est souvent pas capable de répondre clairement aux questions, on se dit qu'il faut s'y faire. Larmes

_________________
L'amour de n'importe quel animal n'a pas de prix
Revenir en haut Aller en bas
Flore

avatar


MessageSujet: Re: Vivre du cheval ou cultiver sa passion ?   Sam 21 Nov - 0:18

L'idée de travailler dans le monde du cheval m'est passée par la tête mais elle est repartie aussi vite qu'elle était venue. J'ai vite été consciente des contraintes (très chronophage, par tous les temps, peu rémunérateur...) tout comme je savais qu'il ne serait sans doute pas possible de vivre de mon autre passion, l'écriture (comme disait ma mère : "beaucoup d'appelés, peu d'élus"). Il me semblait difficile de concilier l'envie d'avoir mon propre cheval et une vie 'sereine', sans me demander à la fin de chaque mois si je vais passer dans le rouge ou pas.

Au bout du compte, j'ai choisi un métier dans le domaine agricole, mais assez éloigné du cheval ; à l'origine, j'avais très envie de travailler indirectement avec les équidés, via leur alimentation, mais j'ai vite compris que ce serait compliqué et que ça ne correspondait pas à ce que je cherchais : on ne va pas se voiler la face, comme pour l'alimentation chien-chat, les granulés et compléments pour chevaux sont vendus grâce à des équipes marketing très compétentes, pas grâce à leurs résultats mesurables sur l'animal... et autant je suis à l'aise pour traiter des données statistiques, autant je suis une brêle pour vendre un produit.

Aujourd'hui, je suis ingénieur et mon salaire me permet d'avoir mon propre cheval. Ce n'est pas facile tous les jours (avec un bac+5, j'espérais pouvoir payer une pension en écurie et du beau matos... huhu, que j'étais naïve) mais je m'en sors, et je suis fière de pouvoir nous entretenir toutes les deux avec le fruit de mon travail.

_________________
L'or des gitans ne brille pas sous le soleil... sauf la mienne ♥
Revenir en haut Aller en bas
Paulette

avatar


MessageSujet: Re: Vivre du cheval ou cultiver sa passion ?   Dim 22 Nov - 22:18

J'aimerais bien faire comme Flore plus tard Smile Travailler dans le monde du cheval, j'y ai vaguement pensé quand j'étais adolescente mais j'ai vite réalisé que ce n'était pas pour moi. Me connaissant, j'aurais peur de me lasser rapidement. Puis j'ai envie que les chevaux restent une passion, je ne veux pas que ça deviennent un gagne-pain. Par contre, un de mes rêves de toujours, c'est d'avoir mon propre cheval le jour où je serais indépendante financièrement.

Je ne rejette pas complètement l'idée de travailler plus tard avec des animaux en revanche, et pas uniquement avec des chevaux. J'adorerais faire de la médiation animale d'ailleurs, c'est-à-dire aider des publics en difficulté par l'intermédiaire des animaux (comme l'équithérapie par exemple). Mais à ce que j'ai pu comprendre, ce n'est pas une "méthode" très reconnue et très étendue en France.
Revenir en haut Aller en bas
ptitegrenouille

avatar

Localisation : Le pays de la lavande et des moutons

MessageSujet: Re: Vivre du cheval ou cultiver sa passion ?   Dim 22 Nov - 22:29

Personnellement, l'équitation pour moi c'est ma passion, mon loisir, et je n'ai pas forcément envie d'y rajouter du professionnel parce que j'aurais peur de me lasser.

Cependant, je suis entrain de voir pour me lancer dans la formation d'Equicien, plus par conviction que par réelle envie d'exercer pour l'instant. Tout simplement parce que dans mon boulot on accompagne des enfants à "l'équithérapie" qui pour moi est surtout de l'équitation adapté (et on le voit souvent) et j'aimerai pouvoir avoir une légitimité à repenser les projets des enfants. Surtout que plus j'avance dans ma représentation de l'équitation, avec une approche plus étho, plus j'ai des idées et des objectifs thérapeutiques qui se construisent dans ma tête et je suis très frustrée de ne pas pouvoir les appliquer sur le terrain.
Revenir en haut Aller en bas
PerlouDélice

avatar

Localisation : Lot 46 (études à Barcelone)

MessageSujet: Re: Vivre du cheval ou cultiver sa passion ?   Lun 23 Nov - 9:31

Malou ça a l'air super intéressant ce que tu étudies à côté, ça veut dire quoi exactement BTS PA?
Parce que je suis en année de césure en ce moment (en Australie comme j'ai dit lors de ma description) et j'ai pas mal de temps libre.

Sinon moi j'aimerais pouvoir arriver à jongler entre passion et métier, avoir une petite activité équestre à côté de mon travail, comme complément de revenu si possible, ou en tout cas pour me permettre de pratiquer ma passion mais sans qu'elle ne me coute trop cher. J'étudie en ce moment dans une école de commerce un bachelor management du tourisme. Je pensais pouvoir exercer un métier tel que manager de restaurant, qui me plairait vraiment beaucoup, mais après de nombreuses réflexions, c'est le genre de métier qui "bouffe" toute vie personnelle, horaires décalés, on travaille très souvent pendant les fêtes et jours fériés, difficilement conciliable avec une vie de famille alors pour avoir des chevaux ça me parait encore plus compliqué.
J'aimerais donc travailler dans l'hotellerie/restauration quand même, mais si possible un peu plus en tant que responsable com ou marketing, ce qui me permettrait d'avoir une vie un peu plus normale, mais ça peut changer, tant que je reste dans le domaine du tourisme!
J'aimerais à côté pour élever quelques poulinières, continuer à monter à cheval, et pourquoi pas faire un peu de pension et animer des randonnées touristiques à thèmes (gastronomiques surtout).
Revenir en haut Aller en bas
Clemie

avatar

Localisation : Auxerre, Paris

MessageSujet: Re: Vivre du cheval ou cultiver sa passion ?   Lun 23 Nov - 14:34

Malou  je te vois très bien dans ton projet "utopique" ! Je ne sais pas s'il est si utopique que ça d'ailleurs... c'est un peu dans la mouvance du moment, les drive fermiers, les amap, sinon j'ai une cousine qui est en train de s'installer en tant que euh... ben je ne sais pas elle va faire des choses avec des plantes médicinales, des alcoolatures ce genre de truc, dans sa formation il y avait aussi des boulangers qui voulaient tout faire de A à Z, cultiver leurs céréales jusqu'à faire et vendre leur pain... Là où est mon père, dans le morvan, tout cela marche pas mal ! On connait un boulanger bio qui vend uniquement deux ou trois jours par semaine, les pains sont aux alentours de 5 euros... et ça a l'air de bien marcher ! Ici la communauté bio/raisonnée est particulièrement développée.
Alors ton projet ben... pourquoi pas ?
Et surtout ce que j'ai envie de te dire, c'est que tu as le temps...! Les gens qui ont fait la formation de ma cousine étaient quasi tous en reconversion. Le principal c'est que tu ai un bagage autre. Je ne dirais pas à quelqu'un qui a son bac "vas-y fonce là dedans", je pense que c'est mieux de fare des études superieures, faire des experiences à côté sous forme de stages, bien étudier le truc sous ses coutures, se lancer... et savoir qu'au pire on a autre chose auquel se raccrocher.

C'est quelque chose que j'applique un peu pour moi... Je suis en licence d'art plastique pour me réconcilier doucement avec les études et pour ma culture personnelle en sachant que tout seul ça ne me mènerait pas à grand chose.... A la base je me disais que je ferai une école de journalisme à bac +2 ou 3, pour écrire dans des magazines spécialsés dans l'art... ou le cheval !
Mais de plus en plus je crois que je vais revenir au cheval...

J'avais l'idée de passer mon BPJEPS en séquentiel (sur les vacances scolaires... ouais je sais c'est light),= en plus de la fac. Cette année je n'aurais pas assumé, mais je me repose la question pour l'année prochaine... Certes j'a envie d'entrer en formation dans une optique d'enfin avancer avec mon cheval en dressage et en saut.... mais c'est aussi un métier qui me plairait, je me rends bien compte, dès qu'un parent ou un enfant pose une question j'aime prendre le temps de leur répondre, j'ai organiser une dizaine d'anniversaires pour enfants au centre equestre l'année dernière avec mon equipe de horse ball, j'ai souvent aidé aux reprises, tenu des poneys en balade, aidé pour des révisions de galop, et même des trucs encore moins légaux comme organiser une séance de horse ball dans le centre équestre où ma cousine était apprentie monitrice, sans moniteur, avec juste cette dernière qui était à cheval, sous mes ordres, je devais avoir galop 5 hahaha

J'ai aussi gardé le club pendant plusieurs week end ou journées, j'ai eu l'occasion d'accompagner des chevaux dans leur fin de vie, même une fois assister seule le véto pour une euthanasie, aidé aux soins pour un cheval gangrainé... Pendant mes trois années de descolarisation j'avais comme un statut de stagiaire au club, j'y allais à peu pres tous les jour de 13 à 18h et plus : je sortais des chevaux au paddock, j'en montais deux ou trois en moyenne, en longeait 1 ou 2 dans le lot souvent des jeunes réformés de courses qui ne savaient pas grand chose), faisais la tournée d'eau dehors (mon record est par -13 degrés) avec la propriétaire du centre équestre et deux après midi par semaine avec en plus une copine. Ha et je n'ai pas parlé des samedi ou dimanche matins on aidait souvent à pailler ^^
Donc je crois avoir une vision assez objective sur ce qu'est le métier, et malgré tout, j'aimerais bien retomber là dedans un jour ! Continuer à en apprendre beaucoup sur l'équitation, se former de tout bords, transmettre ensuite, faire découvrir et découvrir de nouvelles disciplines avec des intervenants exterieurs, gérer des débourrages de A à Z, prendre des réformés, et encore des réformés.... <3

En fait moi, plus que la précarité du métier (parce que finalement on est dans une génération qui n'est plus à l'abris quoi qu'on fasse) j'ai peur de tomber dans un milieu pas très stimulant intellectuellement... 

Floppy je suis étonnée par ton message, moi ça ne m'a pas paru compliqué de faire un BPJEPS après le bac ! Les vetp j'ai trouvé les dates facilement dans plusieurs région, je connais le programme, j'ai accompagné ma cousine passer les siens il y a trois ou quatre ans... Et le diplome des premiers secours demandé c'est une blague, une journée de formation que dis-je une demie journée... Tu paye 60 euros, tu apprends à téléphoner au SAMU et à faire la manoeuvre de heimlich et puis voilà globalement, c'est très léger... Donc si tu veux parler de tout ça avec moi en privé pas de soucis, et puis en plus on est toutes les deux dans le domaine de l'art, et puis on aime les PS alors... (journée des déclarations)

edit : et je trouve en fait que même à l'interieur du cheval il y a plusieurs voies possibles, dans les témoignages qui précèdent le mien vous avez chacun une vision de "travailler avec le cheval" différente : l'equithérapie, l'enseignement, gérer une pension, valoriser et vendre des réformés, de l'élevage... alors moi je n'aurais pas peur de me lasser, avec toutes ces possibilités !
Revenir en haut Aller en bas
Agnès

avatar


MessageSujet: Re: Vivre du cheval ou cultiver sa passion ?   Lun 23 Nov - 14:50

Comme beaucoup, je me suis aussi posé la question.
J'ai pour le moment fait le choix de bosser en dehors du monde du cheval, j'adore mon boulot, c'est vraiment enrichissant, avec des reponsabilités et me permet de continuer à me former à coté, d'apprendre plein de choses régulièrement. J'aime beaucoup ce coté là des professions médicales : on n'a jamais fini d'apprendre.

Je garde donc pour le moment, le cheval comme une passion, un passe temps - mais néanmoins indispensable à mon équilibre. Je sais que sans ça, je ne serais pas là où j'en suis aujourd'hui.
Et je profite de mon temps libre pour filer un coup de main aux écuries, profiter du plein air, etc.
Et quand je vois que pour mes vacances, les jours que j'ai le plus appréciés, c'étaient les gros we concours (se lever à 5h du mat, s'occuper des écuries, aller en concours une grosse partie de la journée, rentrer, s'occuper de son cheval et des écuries, et rentrer à point d'heure chez soi), et faire ça 3 jours de suite, j'ai adoré vraiment. Et malgré la fatigue physique à la fin des 3 jours, ca fait tellement du bien Smile

L'avantage de mon boulot, c'est que je peux profiter du cheval, des concours et tout sans trop me poser de questions, chose que je sais que je ne pourrai pas forcément avoir/faire avec un autre boulot.

J'ai toujours pleins de choses à faire, entre le boulot, me "former" à coté pour moi, et le cheval, j'aurai peut de m'ennuyer si je n'avais que l'un des deux en fait, car je ne sais pas rester à rien faire cat
Revenir en haut Aller en bas
Laurie



Localisation : 13

MessageSujet: Re: Vivre du cheval ou cultiver sa passion ?   Ven 27 Nov - 18:20

Pour ma part, je me suis formée en ostéopathie et shiatsu animalier. Ça fait trois ans que j'exerce, plus ou moins un an que je me tire un salaire convenable (plus qu'un SMIC, jusqu'à un salaire quand même très confortable pour un auto-entrepreneur), jusqu'ici c'était soit petit SMIC, soit même pas la moitié.

Du coup, je bossais parfois à mi-temps (en tant que surveillant en collège, pour avoir du temps, et les vacances scolaires), et je bosse l'été à la garde à cheval (temps complet saisonnier, mais en principe vu le nombre demande on ne peux faire qu'un mois). J'ai récemment arrêté mon CDD renouvelable, car on ne m'accordais pas de jours de formation, et travailler 7/7 jours, j'en pouvais plus aussi niveau fatigue (30H de collège, pas bien fatiguant, mais quand tu fais des journée entre 7h et 10h, que tu enchaînes les clients en ostéopathie ensuite, et rebelotte les week-ends, avec les trajets etc... et les loisirs à côté, s'occuper du cheval, faire du sport, et avoir du temps pour le copain... c'est moyen).

Maintenant, je ne travaille qu'en ostéopathie, et franchement j'ai quand même un peu paniqué en début de mois, car la première semaine c'était le désert (et ça faisait longtemps, ou peut être pas en fait, mais je ne me rendais plus compte vu que j'avais le boulot fixe à côté, du coup aucun stress de ne pas avoir un bon salaire en fin de mois). Bon depuis ça s'est bien goupillé, j'ai un salaire égal à celui que j'avais en ostéopathie quand je bossais au collège donc c'est rassurant. Mais j'envisage d'acheter, prendre un crédit, etc. du coup je me pose pas mal de questions. Ça ne me dérange pas de bosser à mi-temps pour un boulot alimentaire, mais pour le moment je me repose Razz Cela dit je ne suis pas non plus pressée, j'ai le temps avant de décoller de chez mes parents. Par contre, le jour où ça sera le cas, ça risque d'être plus galère... Quand tu vois les charges que tu te prends dans les dents à la fin du mois.. avec un crédit, et d'autres frais en plus, c'est quand même pas génial. Mais bon c'est un choix...

En tout cas les journées sont parfois longues et ça peut être fatiguant, des fois je rêve d'un métier salarié Laughing

Après je me forme quand même à côté (techniques différentes), et j'envisage de faire une licence voir un master par correspondance en biologie pour avoir une vraie équivalence (ce n'est pas le cas pour le moment avec nos formations privées). Histoire d'avoir un tremplin si je dois me réorienter un jour (je pense surtout aux causes de santé, j'ai déjà le dos en vrac alors d'ici quelques années...). En tout cas, vu la saturation du marché qui arrive en ostéopathie animale (merci les écoles à fric!), si vous comptez travailler là-dedans dans les prochaines années, je vous souhaite bon courage et bien du plaisir Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lposteo.fr
A&A



Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: Vivre du cheval ou cultiver sa passion ?   Ven 27 Nov - 21:59

Je suis ostéopathe pour animaux.

Comme je suis aussi maman solo de deux enfants en bas âge, je n'ai pas du tout le temps de monter à cheval. Comme je le dis souvent, je vis donc ma passion par procuration en soignant les chevaux des autres. Si je n'avais pas ce métier, je crois que ce serait vraiment difficile pour moi de ne pas être près des chevaux. Alors que finalement, même si je rêve toujours de me remettre à l'équitation un jour (avec un moniteur, pour progresser, avoir un bon niveau, puis pourquoi pas recommencer à prendre des chevaux à valoriser et vendre), je me satisfais actuellement de ma situation. Je suis donc enchantée de travailler auprès des chevaux.

Après, j'avoue que je fais un peu plus de chiens que de chevaux, je fais également d'autres animaux (chats, bétail, rongeurs...), ce qui me permet d'avoir un travail varié et de ne pas être tout les jours dans une ambiance d'écurie (que je ne supporterais pas).

Contrairement à ce que l'on pense, ce n'est pas pour moi un travail trop physique, et on a rarement froid en hiver (puisqu'on bouge et que le cheval tient chaud), c'est un peu plus dur pour moi en été par contre.

Citation :
En tout cas, vu la saturation du marché qui arrive en ostéopathie animale (merci les écoles à fric!), si vous comptez travailler là-dedans dans les prochaines années, je vous souhaite bon courage et bien du plaisir Very Happy
Là, je rejoins tout à fait Laurie : vue la situation des ostéopathes humains actuellement et qu'on prend exactement le même chemin (peut-être même encore plus accentué), c'est-à-dire ouvrir des dizaines d'écoles chaque année, avec des promotion parfois de plus de cent élèves par classe, vue le nombre d'ostéopathe qui se déclare chaque année dans ma région et le nombre de jeunes que j'accepte de prendre en stagiaire (sachant que j'en refuse aussi parce que je ne peux pas en accepter plus de deux à la fois par exemple), et bien dans moins de dix ans le métier sera bouché.

Ca me fait peur pour moi, bien entendu, mais également pour tout ces jeunes.

Sinon, mon gros point noir, c'est pas de revenu fixe, pas de crédit... L'année dernière, après deux semaines de grippe pour mes enfants, c'est moi qui ait été portée pâle une semaine. Trois semaines d'arrêt, les clients qui ne m'ont pas attendu pour ceux qui étaient des urgences ou semi-urgences bien entendu = presque un mois sans salaire.

Comme je dis souvent, avec ce métier, quand on a de l'argent, on n'a pas le temps et qu'on a du temps, on n'a pas l'argent.
Revenir en haut Aller en bas
Kraina62

avatar


MessageSujet: Re: Vivre du cheval ou cultiver sa passion ?   Lun 30 Nov - 19:20

J'ai survolée les réponses désolé si je répète des choses déjà dites. Je juge seulement sur ce que j'ai vu et connu.

Le monde de l'équitation reste un domaine fermé, avec peut de débouché niveau boulot et surtout plutôt éprouvant. Rien que dans mon centre 8 personnes ont fait des études équestre (MFR, BEJEPS, ...). Finalement aujourd'hui seule une travail dans ce domaine. Etre "seulement" moniteur ce n'est pas rémunéré énormément et dans les plus petite structure le moniteur est aussi palefrenier, soigneur, cavalier. La personne que je connais fait facilement 8h 21h tout les jours.

Une des méthodes pour vivre de sa passion est d'ouvrir sa propre structure. Et là encore rien n'est certain. Investissement lourd, début difficile, besoin de connaissance en gestion.... Et c'est un travail 24/24 7/7.

Pour moi la meilleurs solution pour vivre de sa passion c'est de travailler dans des domaines encore peu exploité, comme l'ostéopathie (qui est de plus en plus démocratisé), les médecines douces. Ou encore dans la création (avec un concept vraiment novateur).

Comme tout le monde, quand j’étais petite je voulais être monitrice. Mais j'ai vite ouvert les yeux. Ce n'est vraiment pas fait pour tout le monde. Mais si on me proposé de travaillé indirectement dans le monde équestre de via mon statut professionnel (chargée de communication) je sauterais immédiatement sur l'occasion.
Revenir en haut Aller en bas
aster




MessageSujet: Re: Vivre du cheval ou cultiver sa passion ?   Mar 1 Déc - 11:07

Pas facile de vivre du cheval avec un revenu correct et sans bosser 7 jours sur 7. Mais pas impossible non plus, je dirais qu'il y a peu d'élus mais que ceux là ont une vie vraiment passionnante.

Sinon, à force de côtoyer des gens dans le monde du cheval,  je finis par me dire que certains métiers sont peut être le compromis idéal,  offrant à la fois une certaine liberté de gestion de son temps, et les moyens matériels d'assumer sa passion

- certains métiers  de l'agriculture: pas toujours simple financièrement mais permettant de  loger chez soi à moindre frais et sans complications  de voisinage/terrain ses chevaux: idéal pour les adeptes d'une équitation de loisir.
- certaines professions libérales,  parfois très lucratives et dont certaines  permettent aussi de se libérer de larges plages de temps disponibles. Parmi mes relations, et bien sûr sans généraliser, je connais notamment quelques agents immobiliers indépendants, dentistes, pharmaciens et radiologues qui me semblent vraiment avoir trouvé la solution miracle. Souvent ces personnes ont d'abord énormément travaillé pendant une certaine période,  ont réussi,  puis ont sû dégager du temps pour se mettre à profiter des moyens qu'elles avaient acquis pour s' investir dans leur passion à côté de leur métier. Pas idiot....

A ne pas oublier non plus parmi les métiers autour du cheval:
-maréchal ferrant: dur et très physique (encore plus pour une fille il faut bien le reconnaître  sans le moindre sexisme). Mais le marché n'est pas saturé et la plupart vivent bien de leur activité.
- véto équin,  dur aussi, pas seulement les études mais le rythme après.  Mon grand regret, je n'injurierai jamais assez ma prof de SVT de lycée complètement psychopathe qui nous avait tous fait passer à côté de cette matière,  bloquant du coup mon admission en prépa.
- des métiers autour du matériel équestre,  qu'il s' agisse de vente ou, on y pense moins souvent, de recherche et de fabrication (technicien, ingénieur,  ...). La marque de casques la plus chère du marché est une petite entreprise innovante créée assez récemment près de chez moi. Je connais aussi une jeune ingénieure qui travaille en recherche biomécanique pour une marque de selles....bref quelle que soit la formation de départ,  on trouve souvent aussi le moyen de se rapprocher du milieu équestre.

Pour le métier d'ostéopathe Kraina je serais plus circonspecte: je ne le pense pas du tout encore inexploré bien au contraire: le nombre de plus en plus grand de jeunes que je vois s' engager dans cette voie aurait plutôt tendance à m'inquiéter pour eux, la concurrence va être rude...
Revenir en haut Aller en bas
Laurie



Localisation : 13

MessageSujet: Re: Vivre du cheval ou cultiver sa passion ?   Ven 4 Déc - 9:41

@Kraina62 a écrit:
J'ai survolée les réponses désolé si je répète des choses déjà dites. Je juge seulement sur ce que j'ai vu et connu.

Pour moi la meilleurs solution pour vivre de sa passion c'est de travailler dans des domaines encore peu exploité, comme l'ostéopathie (qui est de plus en plus démocratisé), les médecines douces. Ou encore dans la création (avec un concept vraiment novateur).


Hé non, justement c'est trop exploité maintenant Razz
Pour les autres médecines douces, shiatsu par exemple, je pense que ce n'est pas assez connu et utilisé (les gens voient plutôt ça comme une option, comme les massages) du coup je pense que pour faire sa clientèle, c'est encore plus compliqué qu'en ostéopathie.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lposteo.fr
LéaStanus

avatar


MessageSujet: Re: Vivre du cheval ou cultiver sa passion ?   Dim 15 Mai - 22:34

Bonsoir,

J'ai besoin de conseil car je suis un peu perdu...

Depuis mon enfance, j'adore les chevaux. J'aimerai faire un "stage" ou offrir mon aide pour s'occuper de chevaux. Le problème c'est que je n'y connais rien. C'est pour cela que j'aimerai apprendre en me rendant dans des centres équestres mais comment m'y prendre ? Est-ce que l'on va pouvoir m'apprendre ?

Je sais au fond de moi que les chevaux sont plus qu'une passion, mais plus les années passent et plus je me perd dans mes choix d'orientation... :snif:

HELP !!! :/
Revenir en haut Aller en bas
Malou

avatar

Localisation : Caen

MessageSujet: Re: Vivre du cheval ou cultiver sa passion ?   Dim 15 Mai - 22:46

Bonsoir Léa,

Quel âge as-tu ? Tu ne peux pas essayer de prendre quelques cours et/ou faire des stages de monte dans un club près chez toi ? (le stage, ça peut-être une idée de cadeau de noël Very Happy ).

Sinon tu peux aller voir AVEC TES PARENTS (j’insiste ça appuie ta démarche), des clubs près de chez toi pour proposer ton aide. Après malheureusement on commence souvent par passer le balais et faire des boxs, mais au fur et à mesure à force d'observer, tu vas apprendre plein de chose, puis on finira par te demander des services : tenir un poney, préparer un cheval pour un élève en retard, graisser des sabots... etc.

J'espère que tu trouveras !

Après concernant ton orientation, en quelle classe es-tu ? Quels sont tes choix possibles ? Tes projets ?
Revenir en haut Aller en bas
LéaStanus

avatar


MessageSujet: Re: Vivre du cheval ou cultiver sa passion ?   Dim 15 Mai - 22:53

Je suis en 5ème année.
Je suis en Tq Agent d'éducation.
Justement niveau projet je suis un peu perdu...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Vivre du cheval ou cultiver sa passion ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Vivre du cheval ou cultiver sa passion ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Vivre du cheval ou cultiver sa passion ?
» Ma passion... les chevaux!!! :D
» GRIOTE - Mérens née en 1994 - adoptée en novembre 2010 par Ysabelle
» [CHIEN]Paralysie de la langue
» Cheval Passion à Avignon - jeudi 20 janvier - Qui est intéressé?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Cheval  :: En particulier :: Polémiques et débats-
Sauter vers: